Joseph Caprio

Photographe depuis 30 ans, je mets ma passion de l’image sans cesse en évolution, à votre service. Belle ballade à vous sur mon site, avec des photos remarquées, exposées en galeries ou éditées en cartes postales, livres et publicité.

Accueil » A propos

Je photographie depuis l’age de 18 ans. Mes premières influences viennent du magazine « Salut les copains » qu’ont lu tous ceux de ma génération. De là me viennent mes premières émotions photographiques, impressionné par le travail de Jean-Marie Périer, premier photographe dont je retiendrai le nom.Je commence alors par copier les photos des vedettes en faisant poser mes proches devant un bien modeste Instamatic Kodak. Mais point de vieilles pierres, point de paysage, point de photo de nature : dès lors, ce sont les gens qui m’intéresseront. Portraits, attitudes. Ma soeur Georgia prenant des cours de danse, je m’initie à la photo de mouvement et puisque le Jean-Claude Gallotta est élève de la même école qu’elle, je serai le premier photographe à photographier ses débuts de chorégraphe. Les vibrations vécues dans les coulisses d’un théâtre me donnent envie de goûter aux autres disciplines du spectacle vivant. Le théâtre et toutes les musiques m’apporteront de nouvelles palpitations.Plus tard, j’ouvrirai mes archives pour illustrer des livres :  je participerai plus tard au livre édité pour le X° anniversaire du festival de jazz de Vienne, un livre dédié à la Grande dame brune, Barbara, et plusieurs ouvrages sur Sylvie Vartan. Sans compter les nombreuses affiches et autres couvertures de cd pour de la danse et divers concerts. Au départ, il y a beaucoup de portraits dans mon travail.Un peu plus tard, je m’intéresse au travail sur le corps. Comme l’homme nu est tabou, je décide que ce sera lui que je montrerai. Je commence donc à accrocher mes photos aux cimaises des galeries qui accueillent mon travail puis, très vite, je rencontre un éditeur suisse, Pierre-Marcel Favre, qui édite mon premier livre et me voici, après quelques années, sur la voie d’une recherche photographique qui s’affinera et se transformera au gré de mon regard photographique.Aujourd’hui, une certaine maturité aidant, mon regard s’est de nouveau posé vers ce que j’ai délaissé ou mal photographié à mes débuts : l’architecture, avec parfois certains éléments précis comme les colonnes, et j’aime les arbres et la nature. Les fleurs aussi, choquant ceux qui ne comprennent pas qu’on puisse vouloir photographier leurs couleurs, parfois si subtiles, en noir et blanc. Mais doit-on toujours expliquer que cela les rend intemporelles, voir immortelles ?

 

 

Joseph Caprio

06 10 11 30 40

Pour connaître mon parcours d’auteur
Pour connaître mon parcours professionnel